Accueil > Capucine Echiffre >  CV Capucine Echiffre

CV Capucine Echiffre

CV mis à jour le jeudi 8 septembre 2016, par Capucine Echiffre

THÈMES DE RECHERCHE
Traduction et transferts culturels, romantismes allemands (genre du Lied), poésie française dans la deuxième moitié du XIXe siècle, musique et littérature.

THÈSE
« Le lied dans l’espace francophone européen entre 1840 et 1914. Contacts culturels et interactions poétiques », sous la direction de Christine Lombez.

FORMATION ET DIPLÔMES

1) Formation littéraire

2012-2015 : Contrat doctoral à l’université de Nantes. Doctorat de Littérature comparée sous la direction de Christine Lombez. « Le lied dans l’espace francophone européen entre 1840 et 1914. Contacts culturels et interactions poétiques »

2009-2010 : Agrégation de Lettres Modernes. Admise

2005-2007 : Master 2 de Littérature comparée à Paris IV sous la direction de Jean-Yves Masson. « L’univers nocturne dans les Lieder de Schumann et les mélodies de Saint-Saëns ». Mention Très Bien

2003-2005 : Maîtrise de Littérature comparée à Paris III sous la direction de Marie-Françoise Hamard. « La conception de la musique dans la prose de Mallarmé : influence et limites des théories wagnériennes ». Mention Très Bien

2002-2003 : Licence de Lettres Modernes obtenue en juin à Paris III. Mention Assez Bien

2000-2002 : Hypokhâgne et Khâgne au Lycée Molière 75016 Paris

2) Formation musicale

2005-2008 :

  • Cours d’analyse musicale au conservatoire du XIVe
  • Cours d’accompagnement au conservatoire du XIVe arrondissement

Octobre 2007 : Entrée en cycle spécialisé en histoire de la musique. Félicitations

Juin 2007 :

  • Certificat de fin d’étude de la ville de Paris en histoire de la musique. Mention
  • Certificat de déchiffrage. Mention Bien

Juin 2005 :

  • Certificat de fin d’étude de la ville de Paris en musique de chambre. Mention Très
  • Certificat de fin d’étude de la ville de Paris en culture musicale. Mention Très
  • Certificat de fin d’étude de la ville de Paris en formation musicale. Mention Bien

Mars 2004 : Certificat de fin d’étude de la ville de Paris en piano. Mention Bien

3) Langues

Allemand : lu, écrit, parlé

Anglais : lu, écrit, parlé

Latin : lu

EXPÉRIENCES D’ENSEIGNEMENT

1) Postes occupés

2016-2017 : ATER à l’I.U.T. de Lille 2 en Techniques d’Expression et Communication

2015-2016 : En disponibilité pour poursuite du Doctorat

2013-2015 : mission d’enseignement à l’université de Nantes (UFR Lettres et langages)

2011-2012 : enseignante au lycée Louis Armand de Nogent-sur-Marne

2010-2011 : Stage d’agrégation au lycée Gustave Eiffel de Cachan

2) Enseignements assurés

a) Enseignement supérieur

Littérature comparée

  • « Racines culturelles » – licence 1 : Initiation à cinq grandes œuvres du patrimoine littéraire occidental : Iliade, d’Homère ; Œdipe roi, de Sophocle ; Enfer, de Dante ; Hamlet, de Shakespeare ; Don Quichotte, de Cervantès.
  • « Le roman : Le réel et ses doubles dans le roman du XIXe siècle » – licence 2. Programme d’œuvres : Henri d’Ofterdingen, de Novalis, Le Portrait de Dorian Gray, de Wilde, et Bruges-la-Morte, de Rodenbach.

Techniques d’Expression et Communication

  • « Expression, Communication, Culture » – 1re et 2e année de Techniques de Commercialisation
  • « Psychologie sociale de la communication » – 1re année de Techniques de Commercialisation

b) Enseignement secondaire – français

Classes de Seconde et Première technologique ; accompagnement personnalisé et soutien en Seconde ; préparation à l’oral anticipé de français en Première scientifique.

ACTIVITÉS DE RECHERCHE

1) Laboratoires de recherche et sociétés savantes

Depuis septembre 2015 : Membre de la Société Française de Traductologie (SoFT)

Depuis septembre 2012 :

  • Membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée
  • Membre du laboratoire l’Antique, le Moderne (l’AMo), Université de Nantes

De septembre 2012 à juillet 2016 : Membre des Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD) ; de juin 2013 à juillet 2016, membre du comité organisateur ; en 2015-2016 : co-responsable du blog des Doctoriales sur la plateforme Hypothèses

2) Responsabilités administratives et scientifiques

a) En tant que membre des Doctoriales de la Société d’Etudes Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD)

  • Co-responsable du projet 2014-2016, « Représentations de l’intime au XIXe siècle, intériorité, intérieurs, inconscient »
  • Co-organisation de l’Atelier du XIXe siècle de la SERD : « Le modèle musical dans les littératures européennes du XIXe siècle », Université Paris-VII, juin 2014 ; édition des textes des communications pour publication sur le site de la SERD, septembre 2015 Modèle musical
  • Co-organisation du colloque « Ce qu’idéal veut dire : définitions et usages de l’idéalisme au XIXe siècle », Université Paris-VII, 8 février et 5 avril 2014 ; co-édition des textes des communications pour publication sur le site de la SERD avec les membres organisateurs des Doctoriales de la SERD, juillet 2015 Idéalisme
  • Co-responsable du projet 2012-2014, « L’idéalisme au XIXe siècle ».

b) En tant que membre du laboratoire de l’AMo

  • Co-organisation de la séance du 2 juin 2014 de l’Atelier des doctorants de l’AMo (« Le Mythe ») avec Jocelyn Godiveau
  • Co-organisation de la séance du 3 avril 2014 de l’Atelier des doctorants de l’AMo (« Sources ») avec Bérangère Chaumont
  • Participation à la mise en place de l’Atelier des doctorants de l’AMo (hiver 2013-2014) ; membre du comité organisateur.

c) Autres (à venir)

Co-organisation d’un colloque sur le lied avec des membres de l’EA REIGENN (Représentations Et Identités. Espaces Germanique, Nordique et Néerlandophone) de Paris-Sorbonne, septembre 2017.

3) Responsabilités administratives

Depuis janvier 2014, membre suppléant du conseil de l’École Doctorale Sociétés, Cultures, Échanges (SCE) du PRES Nantes, Angers, Le Mans

4) Travaux et publications

a) Articles et communications parus

  • « Le rôle du lied dans la construction du modèle musical en France. Un examen de la presse autour des années 1830 » dans le cadre de l’Atelier du XIXe siècle de la SERD, dir. Capucine Echiffre et Gaëlle Loisel, Université Paris-VII, juin 2014. Parution en ligne sur le site de la SERD en septembre 2015 Lied et modèle musical
  • « Les traductions françaises de Lieder pour le chant : un laboratoire poético-musical ? » dans le cadre du séminaire de Béatrice Didier et d’Emmanuel Reibel, École Normale Supérieure d’Ulm, janvier 2013. Parution dans la revue en ligne Silène, novembre 2013 Traductions pour le chant

b) Travaux à paraître

  • « La traduction de poésie allemande dans l’espace francophone pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, un laboratoire poétique ? » dans le cadre du colloque « La Traduction comme source de découverte et de création », Université Jean Monnet de Saint-Etienne, resp. Anne Béchard-Léauté et Sylvain Trousselard, juin 2016. À paraître en 2017
  • Dans le cadre des « Essentiels littérature XIXe siècle » de la Bibliothèque nationale de France, rédaction des notices « Contemplations », « Nerval », « Aurélia », « Parnasse », « Poètes maudits », « Traduction et traducteurs ». À paraître en 2017
  • « Aspects du lyrisme nervalien : Nerval face à Heine », dans Corinne Bayle (dir.), Nerval et l’Autre, Paris, Classiques Garnier, à paraître fin 2016

c) Communications n’ayant pas donné lieu à publication

  • « Le discours poétologique français à l’épreuve du lied germanique. L’exemple de Blaze de Bury », dans le cadre du XXIe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée (AILC), Vienne, juillet 2016
  • « La musique dans la poésie du jeune Verlaine ; thématique musicale et musicalité du discours poétique », dans le cadre du séminaire de l’AMo, « Généalogies du moderne », dir. Philippe Forest, Université de Nantes, mars 2016
  • « Le poète chez Novalis : un intermédiaire entre les hommes et l’idéal », dans le cadre du séminaire des Doctoriales de la SERD, séance « Le saint et le poète, figures de l’idéal », dir. Capucine Echiffre, novembre 2013. Résumé en ligne sur le blog des Doctoriales de la SERD Novalis
  • « La France, passeur inattendu de la littérature et de la pensée allemandes chez les symbolistes belges dans les dernières décennies du XIXe siècle », dans le cadre de la journée d’études « La France au carrefour des échanges interculturels », dir. Mathilde Bataillé et Beatrice Scutaru, Université d’Angers, mars 2013

d) Comptes rendus

Compte rendu de l’ouvrage collectif Traduire-écrire (dir. Arnaud Bernadet et Philippe Payen de la Garanderie, Lyon, ENS Éditions, 2014) pour la Revue d’Histoire Littéraire de la France, juillet-septembre 2015 Traduire-écrire

e) Entretiens

Conduite (avec Victoire Feuillebois) d’un entretien avec Olivier Schefer, maître de conférence en esthétique à Paris I, dans le cadre de la publication des actes du colloque « Ce qu’idéal veut dire » organisé par les Doctoriales de la SERD, décembre 2014 O. Schefer

POSITION DE THÈSE

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, deux évolutions similaires se dessinent dans le paysage littéraire en France, l’une résidant dans un nouvel essor donné aux traductions de Lieder, l’autre dans une transformation décisive de la poésie française. La présente thèse se propose d’interroger les articulations entre ces deux phénomènes. Dans un contexte où les règles traditionnelles sont encore activement défendues par un public bourgeois très conservateur, les choix de certains traducteurs introduisent en France la possibilité de pratiques poétiques encore inédites. Le travail opéré sur les Lieder allemands est à cet égard caractéristique. Dans ce genre d’origine populaire illustré par des pièces souvent brèves, la dimension rythmique est primordiale. Le mot Lied désigne d’ailleurs aussi bien une pièce poétique que sa mise en musique. Ceux qui se sont constitués en médiateurs, imprégnés par la musicalité du poème allemand, en sont parfois venus à prendre des libertés avec la tradition pour tenter de rendre sensible à leurs lecteurs ce rythme inconnu. Dès lors, dans quelle mesure les audaces des traducteurs ont-elles pu contribuer à l’évolution de la poésie française ? Les poètes ont-ils tiré parti des expérimentations de ceux-ci dans leur propre production ? Ce travail entend donner toute leur place aux traductions dans les mécanismes de transfert culturel. La perspective adoptée favorisera l’étude précise des points d’interférence entre les deux corpus étudiés, qu’ils soient de nature thématique, formelle ou métrique, et permettra d’apporter un éclairage nouveau sur le système littéraire français dans le demi-siècle qui s’étend de Baudelaire aux symbolistes.


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales