Accueil du site > Françoise Rubellin

Françoise Rubellin

Professeur de Littérature française (XVIIIe siècle).

Théâtre du XVIIIe siècle : Marivaux, théâtres de la Foire, Comédie-Italienne, opéra-comique, marionnettes, parodie, édition de manuscrits.

Voir en ligne : CETHEFI

Courrier électronique : Françoise Rubellin
ou utilisez le formulaire situé en bas de page.


Publications récentes
  • Parodier l’opéra : pratiques, formes et enjeux

    « Voulez-vous bien me parodier ? » demande un opéra personnifié dans une pièce pour marionnettes de 1731 donnée à la Foire Saint-Laurent de Paris. C’est que parodier l’opéra est une activité incontournable de la vie théâtrale et musicale de l’Ancien Régime. De la caricature burlesque à la reprise d’un air sans intention critique, elle frappe par la diversité de ses pratiques. Hommage paradoxal, elle peut railler ou innover tout en contribuant à conserver la mémoire des spectacles lyriques. Issues d’un (...)

  • Atys burlesque : Parodies de l’opéra de Quinault et Lully à la Foire et à la Comédie-Italienne 1726-1738

    Le succès d’Atys de Lully et Quinault fut si considérable que l’Opéra ne cessa de le programmer jusqu’à la Révolution. À chaque reprise, on vit apparaître à la Comédie-Italienne comme sur les théâtres de la Foire (Opéra-Comique et marionnettes) des parodies dramatiques, récrivant l’histoire de la manière la plus burlesque. Tout Paris court voir Atys prendre les traits d’Arlequin, de Pierrot, de Polichinelle… On goûtera dans les sept parodies rassemblées ici la saveur de la réécriture, souvent grivoise mais (...)

  • Lectures de Marivaux

    La Surprise de l’amour, La Seconde Surprise de l’amour, Le Jeu de l’amour et du hasard

    Les comédies de Marivaux témoignent d’ « un métier impeccable, serré, magistral » (Jacques Scherer). Tout en respectant les conventions du théâtre classique, il élabore une dramaturgie singulière, notamment en ce qui concerne le traitement du temps, objectif et subjectif, de l’exposition ou du dénouement. Si le marivaudage évoque incontestablement son art du dialogue, les didascalies et les jeux de scène révèlent l’importance que l’auteur accorde aux expressions non verbales de ses personnages. « Ces (...)

  • Pyrame et Thisbé, un opéra au miroir de ses parodies, 1726-1779

    Au XVIIIe siècle, à peine un opéra a-t-il été représenté à l’Académie royale de musique de Paris, qu’il est parodié à la Comédie-Italienne ou dans les théâtres de la Foire. Après avoir pleuré à la tragédie en musique, le public s’empresse de rire lors de sa reprise burlesque avec Arlequin ou Polichinelle. En 1726, deux jeunes violonistes, Rebel et Francœur, s’associent au librettiste La Serre pour donner une tragédie en musique, Pyrame et Thisbé, à partir d’un mythe célèbre à l’origine de Roméo et Juliette. Cet (...)




Formulaire de contact pour Françoise Rubellin


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales