Accueil > Philippe Forest

Philippe Forest

Professeur de Littérature française (XXe siècle).

Le Roman aujourd’hui, Les Avant-Gardes, Littérature et autobiographie.

Courrier électronique : Philippe Forest
ou utilisez le formulaire situé en bas de page.


Publications récentes
  • L’Enfance de la littérature

    N° 605 de la Nouvelle Revue Française

    « Je suis de mon enfance. Je suis de mon enfance comme d’un pays », écrit Saint-Exupéry. Et cette phrase vaut pour chacun d’entre nous. On fête cette année les soixante-dix ans du Petit Prince, paru à New York en 1943. À cette occasion, revenant sur ce poème sans pareil, qui parle à tous les âges, la NRF consacre son nouveau numéro à « l’enfance de la littérature ». L’expression est à entendre littéralement et dans tous les sens. Nous l’avons soumise à quelques écrivains d’aujourd’hui afin qu’ils nous confient (...)


  • D’après Proust

    N° 603 de la Nouvelle Revue Française

    A l’occasion du centenaire de la parution de Du côté de chez Swann, ce numéro de la Nouvelle Revue Française rassemble les « journées de lecture », « pastiches », « paperoles » et autres libres contributions d’écrivains et d’essayistes actuels. Co-dirigé par Philippe Forest et Stéphane Audeguy.


  • Aragon - Oeuvres romanesques complètes, t. V

    Pour beaucoup, le roman est un miroir servant à comprendre le monde. Chez Aragon, c’est le miroir qui devient roman : « Tout ce que je vois, ma vie, la réalité même, perdant tout sens moral, tout prend valeur d’être le reflet des fictions. » Dans La Mise à mort, deux rivaux semblent aux prises, si ce n’est que l’un n’est sans doute qu’une image de l’autre. Dans Blanche ou l’Oubli, le narrateur invente une jeune femme, Marie-Noire, chargée d’arracher à l’oubli la femme qui l’a quitté, Blanche ; chaque (...)


  • Vertige d’Aragon

    En 1958, commentant le premier roman d’un jeune écrivain, Aragon écrivait dans Les Lettres françaises : « Je n’ai jamais rien demandé à ce que je lis que le vertige : merci à qui me fait me perdre, et il suffit d’une phrase, d’une de ces phrases où la tête part, où c’est une histoire qui vous prend. Aucune règle, ne préside à ce chancellement pour quoi je donnerais tout l’or du monde ». Il y a beaucoup de choses qu’on ne peut pas demander à l’oeuvre d’Aragon. Il y en a beaucoup qu’on ne peut accepter d’elle (...)


  • La Nouvelle Revue Française : Variétés : littérature et chanson

    Variétés : littérature et chanson. Sous ce titre valéryen, un programme simple : envisager ensemble la chanson et la littérature, sans confusion ni hiérachisations équivoques. En duo plutôt qu’en duel...
    Collectif. Stéphane Audeguy et Philippe Forest (éds.), La Nouvelle Revue Française : Variétés : littérature et chanson, Gallimard, La Nouvelle revue française, juin 2012, 224 p.


| 1 | 2 | 3 |


Actualités passées



Formulaire de contact pour Philippe Forest


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales