Accueil du site > Événements > Pierre Boaistuau ou le génie des formes

Appel à communications

Pierre Boaistuau ou le génie des formes

Date limite de soumission : avant le 15 septembre 2016

jeudi 15 septembre 2016, par Bruno Méniel, Nathalie Grande

Pour célébrer le cinq-centième anniversaire de la naissance à Nantes de Pierre Boaistuau (1517-1566), nous vous proposons d’étudier l’ensemble de son œuvre sous l’angle de son travail sur les formes littéraires.

S’il est connu pour avoir donné la première édition du recueil de nouvelles de Marguerite de Navarre sous le titre Histoires des amans fortunez (1558), il est encore l’auteur de six ouvrages : l’Histoire de Chelidonius Tigurinus (1556-1559), le Théâtre du monde (1558), le Bref Discours de l’excellence de l’homme (1558), les Histoires tragiques (1559), les Histoires prodigieuses (1560), et les Histoires des persécutions de l’Église chrestienne, parues de manière posthume en 1572.

Boaistuau, comme tant d’autres écrivains du XVIe siècle, a déguisé la nouveauté du manteau de la tradition. Même lorsqu’il présente ses œuvres comme de simples traductions ou qu’on les analyse comme des compilations, force est de constater qu’il s’astreint à une élaboration stylistique qui le conduit à renouveler les genres qu’il illustre : l’Histoire de Chelidonius Tigurinus est une « institution du prince » et le Bref Discours de l’excellence et dignité de l’homme recueille l’héritage des orationes de dignitate hominis. Boaistuau est même initiateur en la matière : ses Histoires tragiques et ses Histoires prodigieuses sont à l’origine de genres littéraires qui ont prospéré aux XVIe et XVIIe siècles.

Quant à la notion de forme, elle englobe celle de genre mais elle ne s’y réduit pas : Boaistuau nous intéresse aussi par les structures narratives ou argumentatives qu’il édifie, par sa pratique de la digression – que Jean Céard appréhendait comme un trait de style augustinien –, de l’exemple, de la métaphore, qui peuvent être étudiés comme des stylèmes révélateurs d’une vision du monde.

En interrogeant les formes littéraires que Boaistuau a importées et retravaillées pour les intégrer dans la culture française, nous voulons redonner à cet auteur nantais trop souvent oublié la place qui lui revient dans l’histoire de la littérature française.

Nous vous invitons à nous adresser vos propositions de communications avant le 15 septembre 2016.

Les dates et lieux du colloque seront confirmés prochainement : Nantes – La Roche-sur-Yon, du jeudi 22 au samedi 24 juin 2017.

Contacts :

Nathalie Grande, Université de Nantes – L’AMo : nathalie.grande@univ-nantes.fr Bruno Méniel, Université de Nantes – L’AMo : bruno.meniel@univ-nantes.fr

Organisateur :

Université de Nantes - L’AMo EA 4276

Documents joints




À propos :

Nathalie Grande

Professeure de Littérature française du XVIIe siècle

La fiction narrative et ses formes au XVIIe siècle : romans, nouvelles, contes...
Femmes et littérature (Lafayette, Scudéry, Villedieu)
Galanterie du Grand Siècle

Courrier électronique : Nathalie Grande

À propos :

Bruno Méniel

Professeur de Langue et Littérature française du XVIe siècle
Littérature de la Renaissance, de la seconde moitié du XVe siècle à la première du XVIIe siècle.
Directeur adjoint des Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes

Courrier électronique : Bruno Méniel


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales