Accueil du site > Événements > Propagande et opinion publique : art, forme (...)

Appel à communications

Propagande et opinion publique : art, forme et techniques de la manipulation

Date limite de soumission : 10 avril 2016

dimanche 10 avril 2016, par Eugenio Amato, Matteo Deroma, Pasqua De Cicco

La propagande est, selon le Trésor de la langue française, une « action psychologique qui met en œuvre tous les moyens d’information pour propager une doctrine, créer un mouvement d’opinion et susciter une décision ». Cette action psychologique a exploité, au cours des siècles, des systèmes variés de réalisation. Dans l’objectif de mettre en lumière les multiples stratégies de la propagande et d’analyser comment les différentes disciplines se rapportent à cette thématique, l’École doctorale Sociétés, Cultures, Échanges (SCE 496), organise une Journée Scientifique Interdisciplinaire, intitulée « Propagande et opinion publique : art, forme et techniques de la manipulation ». Cette rencontre aura lieu jeudi 9 juin 2016 et elle sera ouverte à tout doctorant de l’ED SCE 496 souhaitant apporter sa contribution.

Le but est de de présenter une réflexion multidisciplinaire sur le thème proposé, comme il est évident que la propagande et les stratégies d’orientation de l’opinion publique se sont manifestées dans tout genre de savoir ou de science au fil du temps.

Dans l’Antiquité, par exemple, l’opinion était orientée davantage par la Parole. Au Ve siècle av. J.-C., ce fut le philosophe Gorgias qui encadra clairement, pour la première fois, ce concept. Dans son célèbre Éloge d’Hélène, il attribua à la Parole le pouvoir d’une divinité : Peithô, la Persuasion. À l’époque romaine, le pouvoir de la Persuasion était confié à l’art : l’Image du pouvoir de chaque empereur était identifiée avec les statues, les thermes, les théâtres et les bibliothèques qu’il réalisait à la gloire de sa personne.

Au Moyen-Âge, la recherche d’une connexion directe entre le pouvoir et le peuple trouva un nouveau moyen d’expression chez les juristes : ils créèrent, en France, les États Généraux, aptes non seulement à mettre terme à des périodes de crises politiques et financières, mais aussi à orienter la position des masses par l’apparence d’une liberté presque inexistante. Le monde moderne et contemporain a été capable de transformer l’idée de propagande dans des formes de communication publique institutionnalisées, comme les activités des relations gouvernementales, les grandes entreprises et les campagnes politiques.

Dans l’âge moderne, avec la participation croissante des masses à la vie politique et la reconnaissance de l’opinion publique comme une vraie force agissante dans l’histoire, la propagande a su faire appel non seulement à la raison, mais surtout à l’inconscient et à l’irrationnel. Psychologie, sociologie et psychologie de masse, tout comme d’autres sciences nouvelles, ont utilisé des techniques spéciales qui se rapprochent de la plus célèbre propagande commerciale : la publicité. La propagande moderne sait s’adresser à différents niveaux sociaux : elle a trouvé des formes subtiles de persuasion pour les classes cultivées, telles que la littérature, le théâtre, les arts, etc. ; elle a ensuite créé, pour la société de “masse”, le slogan, qui provoque des émotions intenses et durables, grâce à la répétition continue dans les mass-médias (radio, télévision, affiches, etc.).

Si dans l’Antiquité la propagande était une prérogative des régimes autoritaires qui devaient rapidement gagner la faveur des masses et des élites, il faut constater qu’aujourd’hui la propagande est l’instrument de tous les gouvernements qui nécessitent dans des situations de crises d’un canal pour convoiter dans une seule direction la volonté du peuple.

En dépit de la position anticonformiste de Pierre Bourdieu qui écrivait que « l’opinion publique n’existe pas », il est nécessaire, aujourd’hui, de s’interroger sur les mécanismes qui règlent le fonctionnement de la propagande à niveaux différents. C’est pourquoi toute proposition d’étude visant à analyser ce phénomène dans l’archéologie, l’art, l’histoire, la littérature et les savoirs techniques, sera la bienvenue, dans la perspective de favoriser l’échange et le dialogue entre plusieurs axes de recherche. Le but final est donc d’offrir un cadre complet des approches à cette thématique afin de décrire les différentes conceptions de la Propagande.

Les doctorants souhaitant participer à la JSI sont invités à transmettre leur proposition avant le 10 avril 2016 au comité organisateur :

  • Eugenio Amato (Eugenio.Amato@univ-nantes.fr)
  • Pasqua De Cicco (pasqua.de-cicco@univ-nantes.fr)
  • Matteo Deroma (matteo.deroma@univ-nantes.fr)

Nous recommandons de bien vouloir soumettre un titre et un résumé de 2000 signes maximum, ainsi qu’une brève présentation de l’intervenant. Chaque intervention aura une durée maximale de 20 minutes.

Le comité scientifique examinera les propositions ; l’annonce des contributions retenues aura lieu au plus tard le 25 avril 2016.




À propos :

Eugenio Amato

Professeur des universités (langue et littérature grecques) et Membre de l’Institut Universitaire de France

Directeur du Centre de recherche « L’Antique, le Moderne » (EA 4276-Université de Nantes) et Directeur de l’Ecole Doctorale « Arts, Lettres, Langages » (Université Bretagne Loire - site de Nantes).

Langue et littérature grecques d’époque impériale, tardive et byzantine, paléographie et codicologie grecques, critique textuelle (philologie et ecdotique), fortune et réception de l’antique, histoire de la philologie classique, rhétorique ancienne.

Courrier électronique : Eugenio Amato

À propos :

Matteo Deroma

Docteur en Langue et Littérature grecques

Courrier électronique : Matteo Deroma

À propos :

Pasqua De Cicco

Docteure en Langue et Littérature grecques.

Historiographie grecque tardive

Courrier électronique : Pasqua De Cicco


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales