Accueil du site > Événements > Philippe Forest. Une vie à écrire

Colloque international

Philippe Forest. Une vie à écrire

samedi 16 janvier 2016, par Philippe Forest

Le jeudi 14 Janvier à l’Université de Cergy-Pontoise, le vendredi 15 janvier à la Bibliothèque Educo et à Reid Hall (Paris), le samedi 16 janvier à l’Université Paris Diderot.
Co-org. Aurélie Foglia (Université Sorbonne Nouvelle), Catherine Mayaux (Université de Cergy-Pontoise), Anne-Gaëlle Saliot (Université Duke) et Laurent Zimmermann (Université Paris Diderot).

On peut dire que l’oeuvre de Philippe Forest se situe parmi les plus remarquables dans le champ littéraire français contemporain. Couronnée en 1997 par le Prix Femina du premier roman, elle a reçu depuis bien d’autres prix pour ses six romans et compte aussi de nombreux essais publiés notamment chez Gallimard et Cécile Defaut. Mais elle constitue en réalité beaucoup plus qu’une oeuvre parmi d’autres dans l’époque contemporaine par la force d’interpellation qu’elle exerce sur le public, les autres romanciers de sa génération, les critiques enfin. Jouant de l’extraordinaire plasticité du roman et s’interrogeant sur les questions de modernité et d’avant-garde, comme sur les risques et parfois les méfaits des théorisations de tous bords, elle vise à renouveler les formes d’écriture en jouant d’une forte transitivité à l’égard de ses lecteurs : l’expérience personnelle est au coeur de sa démarche, jusqu’au dépassement parfois de l’auto-fiction, dans le souci d’établir ou de rétablir le lien entre le roman et le réel, entre le roman et la vraie vie, fût-ce au prix d’une confrontation de la littérature à son aporie. Comme nul autre, Philippe Forest manifeste la dimension éthique de l’autobiographie. Il réintroduit une temporalité de la continuité et lutte contre les formes de dépersonnalisation et de fragmentation du monde comme d’un certain art contemporain ; il renoue avec une intelligence du vivre comme avec une forme oeuvrée de la littérature, fondée sur la reprise, la fresque, voire l’épique, tout en privilégiant les tonalités de la mélancolie et de la douceur. Il confronte ainsi le roman aux grands démons qu’il avait peut-être eu tendance à évacuer – en France du moins : la mort, la perte, la catastrophe, le cataclysme… Cette oeuvre affronte l’intempestif dans un geste de partage et d’empathie qui remet l’expérience humaine au coeur de toute entreprise créatrice. Essayiste, co-rédacteur de la NRF et collaborateur régulier de la revue Artpress, Philippe Forest met lecteurs et critiques au défi d’une analyse qui devra prendre en compte sa propre réflexivité. Ses travaux touchent également au cinéma, à la photographie, aux relations entre littérature et arts. Traduit dans de nombreux pays, son entreprise de créateur et de critique est ouverte aux littératures étrangères, japonaise et américaine au premier chef, mais aussi européennes et sud-américaines. Son ouverture à la culture de l’autre revendique, selon l’expression qu’il emprunte à Proust, « la beauté du contresens ».

PROGRAMME et renseignements pratiques dans les documents ci-joints.

Documents joints




À propos :

Philippe Forest

Professeur de Littérature française (XXe siècle).

Le Roman aujourd’hui, Les Avant-Gardes, Littérature et autobiographie.

Courrier électronique : Philippe Forest


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales