Accueil du site > Publications > Allégorie et symbole : voies de dissidence (...)

Allégorie et symbole : voies de dissidence ?

samedi 1er septembre 2012, par Anne Rolet

Si l’espace et la médecine sont le berceau de ses significations, la dissidence nous semble toutefois plus familière lorsqu’elle prend la forme des révolutions politiques et des hétérodoxies religieuses. Mais lorsqu’elle touche aux goûts et aux mœurs, au refus du conformisme, à l’expression ouverte de l’originalité voire de la marginalité, elle nous rappelle qu’elle peut s’emparer par mille manières détournées de tous les champs épistémologiques établis ou s’attaquer à toutes les manifestations consensuelles de la vie intellectuelle, artistique et sociale. Il devient dès lors pertinent de découvrir comment elle se comporte face aux modes d’expression et d’interprétation si durablement et si largement répandus dans la culture européenne que furent, à l’instar du mythe, le symbole et l’allégorie. La dissidence a-t-elle vu en eux des voies (ou voix ?) privilégiées pour occulter des idéaux réprouvés, leur garantissant ainsi une diffusion plus sûre et une efficacité accrue, au prix d’une stratégie de séduction ? Les a-t-elle méprisés comme inaptes à traduire la violence de la sédition, comme impropres à restituer les subtilités doctrinales, comme trop sclérosés pour prendre en charge les bouleversements de la nouveauté ? Ou les a-t-elle superbement ignorés, jugeant que, sans danger pour elle, ils ne lui étaient d’aucun profit non plus ? On se demandera même si la dissidence ne serait pas au cœur même des constituants du symbole et de l’allégorie, affectant leur belle unité d’une fracture qui les déstabilise.

Les études réunies dans le présent volume abordent de front ces interrogations et celles, plus nombreuses encore, que soulève l’association de ces trois notions, de l’Antiquité à la Renaissance, et qui n’avait pas, jusqu’à présent, fait l’objet d’une approche d’ensemble. Historiens, historiens d’art et historiens des religions, philologues et philosophes, spécialistes de littérature et musicologues croisent ici leurs approches.

Anne Rolet est Maître de Conférences en langues et littératures latines et néo-latines à l’Université de Nantes et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle a dirigé le volume Protée en trompe-l’œil. Genèse et survivances d’un mythe, de l’Antiquité à la Renaissance, publié aux PUR en 2010.

Anne Rolet (dir.), Allégorie et symbole : voies de dissidence ? (De l’Antiquité à la Renaissance), Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2012.

Table des matières

Introduction :

Anne ROLET Le symbole et l’allégorie : vecteurs et voiles de la dissidence ou phénomènes dissidents ?

Première partie : L’allégorie, mode de construction des oppositions politiques, intellectuelles et artistiques dans l’Antiquité

  • Stavroula KEFALLONITIS : L’allégorie chez les historiens grecs anciens : une figure marginale ?
  • Gilles SAURON : Un anticonformiste romain : Q. Lutatius Catulus, cos. 102 a. c.
  • Jacqueline FABRE-SERRIS : Usages conjugués de l’image et de l’allégorie chez Ovide : la foudre et l’Envie dans les Remèdes à l’amour (371-398) et dans la littérature d’exil (Tristes, Pontiques et Contre Ibis)
  • Christophe BADEL : L’allégorie, une arme de l’opposition politique sous les Césars (1er s. ap. J.-C) ?

Deuxième partie : Lectures philosophiques de l’allégorie antique : la contestation de la tradition

  • Alain GIGANDET : La critique épicurienne de l’exégèse allégorique
  • Bernard POUDERON : Le vocabulaire de l’allégorie chez Héraclite le Pontique : entre conservatisme, apologétique et polémique
  • Juliette DROSS : Orthodoxie, hétérodoxie et dissidence : les rapports entre la philosophie et la pauvreté dans les allégories romaines impériales (Sénèque, Apulée, Marc Aurèle)

Troisième partie : Le symbole et l’allégorie dans la confrontation entre références païennes et culture judéo-chrétienne

  • Ilaria L. E. RAMELLI : Ancien christianisme et langage symbolique comme signe de dissidence
  • Marie-Françoise BASLEZ : Entre dissidence et résistance : la symbolique des supplices dans l’Orient hellénisé d’après les récits juifs de martyre
  • Eugenio AMATO : Discours figuré et allégorie chrétienne dans la production « profane » de Procope de Gaza : vin eucharistique et doctrina arcani
  • Vincent ZARINI : Allégorie et « dissidence » dans la Paraenesis didascalica d’Ennode de Pavie

Quatrième partie : Nouvelles sensibilités spirituelles et mutations du langage allégorique à l’époque médiévale

  • Sylvain PIRON : Allégories et dissidences médiévales
  • Marylène POSSAMAI-PÉREZ : L’Ovide moralisé : une traduction « dissidente » des Métamorphoses d’Ovide ?
  • Juan Carlos D’AMICO : Allégorie et dissidence au XIVe siècle : Cola di Rienzo et la personnification de Rome

Cinquième partie : Allégorie plastique, allégorie littéraire dans les controverses religieuses du XVIe siècle

  • Edith KARAGIANNIS-MAZEAUD : L’Europe des signes : les Grecs, figure de la dissidence au temps de la Pléiade et d’Etienne Pasquier
  • Antonella FENECH KROKE : Réflexions autour des fresques vasariennes de Santa Maria di Monteoliveto (Naples) : personnification et hétérodoxie religieuse
  • Estelle LEUTRAT : De l’âge d’or aux plaisirs mondains : le cycle des mois d’Etienne Delaune et de la rue Montorgueil. À propos du mois de mai

Sixième partie : L’allégorie à la Renaissance, arme des dissidences

  • Stéphane ROLET : Un pileus et deux poignards : les symboles immuables du tyrannicide, du denier de Marcus Iunius Brutus à la médaille de Lorenzino de Médicis
  • Guillaume CASSEGRAIN : Allégorie, donc. Humour et culture savante dans la peinture du Cinquecento
  • Philip FORD : Allégorie et homoérotisme dans la poésie narrative de Ronsard
  • Agnès GUIDERDONI : Modes de penser allégoriques au début du XVIIe siècle au service des sciences : dire et masquer la nouveauté

Septième partie : Dissidence et circulation géographique de l’allégorie à la Renaissance

  • Rosanna GORRIS CAMOS : “ Sotto un manto di gigli di Francia ” : poésie, allégorie et emblèmes de la dissidence entre Ferrare et Turin
  • Valentina SEBASTIANI : Sous le signe du Kairos. Édition et érudition a Bâle au service d’Érasme de Rotterdam.
  • Olivier POT : Hercule à la croisée des chemins ou les métamorphoses de l’âne-Pégase. Avatars de l’allégorie de Rabelais à Giordano Bruno

En guise de point d’orgue…

Pierre MARÉCHAUX : Allégories cellulaires dissidentes chez Liszt, lecteur de Dante : au fil des sens cachés d’une Psychomachie musicale

Résumés des communications (en français et en anglais)

Les auteurs

Index nominum




À propos de l'auteur

Anne Rolet

Maître de Conférences (HDR) en Langues et Littératures latines et néo-latines

Emblèmes et épigrammes de langue latine au XVIe siècle ; tradition du symbole et de l’allégorie ; problématiques de l’image symbolique au XVIe s. ; postérité de Virgile à la Renaissance.

Courrier électronique : Anne Rolet


up
logouniv       Le site de L'AMo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons BY-NC-ND      Contrat Creative Commons   Mentions légales